LES ILES DU FRIOUL OU LES MERVEILLES OUBLIEES

BUCCIERO ERIC

“VOICI MON ÎLE ”

Face à Marseille l’archipel du Frioul composé de ses quatre îles :

 Sur une ligne Nord-Sud, Pomègues qui fait 2,5 Km de long, son point le plus haut 86 m, vous pourrez y trouver la tour carrée, à ses pieds le port naturel de Pomègues avec son ancienne infirmerie et aujourd’hui l’élevage de poisson « Provence Aquaculture », en allant sur la pointe de l’île vous verrez l’ancien Sémaphore fermé depuis 1998 et a la pointe de Caveaux se trouve d’ancienne batterie allemande comme sur les pointes de Banc et Brigantin sur Ratonneau, cette île mesure 2,7 Km de long, on peut apercevoir au centre du village en haut sur un rocher la chapelle de style grec dominant le port, sur la pointe de Brigantin se trouve maintenant le Fort de la République Libre du Frioul galéjade rondement mené par le célèbre Jacques Mayo, vous Pourrez visiter le fort a certaine époque de l’année, a l’opposé au-dessus de la calanque de saint Estève, vous visiterez l’Hôpital Caroline. Ces deux îles sont réunies par une digue, quant aux deux autres; If célèbre pour son château fait 300 m de long pour 180 m de large, elle est située en face de Caroline, Tiboulen la quatrième île n’est qu’un îlot habité par les cormorans. Le port du Frioul n’est qu’à 20 minutes en bateau du vieux-port et du centre ville de Marseille, on y est au calme, ce coin de paradis est un havre de paix dans une mer de bonheur, on peut se balader, s’y baigner, faire de la voile où bouquiner en écoutant le son mélodieux des vagues et en admirant un couché de soleil assis sur la digue Berry à l’air libre. Ne vous fiez pas à son air austère, cette superbe nudité vous offrira de merveilleuse surprise et n’oublié pas que vers 1800 il y avait des arbres et du gibier. 

La traversée du temps 

Il faut savoir que le Frioul n’a pas toujours était une île, avant la fonte des glaciers les îles étaient en parties rattachées continent, des ossements ont été retrouvés dans une fosse naturelle sur Pomègues. Mais pour ce récit nous commencerons au VI siècle avant J-C ; Quand Protis le Phocéen venu voir où installé de nouveau campement, il fait la connaissance de Gyptis la fille du chef Ligure une peuplade qui vivait là depuis des générations, il l’a pris pour femme et de l’union de ces deux peuples est née Massalia.  La position de la ville en fait un lieu très vite fréquenté ce qui la rend prospère, son ouverture sur le bassin méditerranéen va en faire un endroit incontournable pour les navires de marchandises. En ce qui concerne nos îles, elles vont être batissé de trois noms grecs : -         Proté qui signifie la première POMEGUES -         Mésé celle du milieu RATONNEAU -         Hypéa celle d’en dessous IF C’est comme ça qu’on les aperçoit en arrivant du large, Pomègues grâce à son port naturel fût l’un des premiers de la cité phocéenne. Massalia resta tranquille jusqu’à 50 avant J.C. quand le célèbre Jules César jette l’ancre au large de ces îles et assiège Marseille, la bataille fait rage, Parmenon le capitaine de la flotte marseillaise défendant corps et âme la cité ne peut résister au romain et ces le blocus de la ville pendant huit mois. Jusqu’au XII siècle les îles sont un lieu d’escale pour les navires de croisades, puis un jour de 1381 la reine Jeanne de Naples, Comtesse de Provence décide de confié l’archipel à son écuyer Armant de Montolieu et d’y faire réglementer le droit de chasse, et la coupe du bois et oui à cette époque les îles étaient recouvertes d’une végétation resplendissante avec un faune et une flore abondante.  En 1481 les îles et la provence sont « rattachés » à la France pendant ce temps l’Espagne et l’Italie se livre bataille sur les côtes françaises. En 1524 à la suite de la trahison du Connétable de Bourbon, François premier affronte Charles Quint mais grâce à la résistance de la Provence l’ennemi est repoussé. C’est à cette époque que va se décider la fortification d’If; le roi voyant que la cité était mal défendue des attaques venant de la mer, il décide de faire construire un château sur If pour renforcer la défense de la ville, sa construction sera achevée en 1531 malgré une attaque et le feu déclenché par  l’Amiral Boria. En 1573 Nicolas de Beausset est nommé gouverneur d’If. En 1591Craignant une attaque des espagnols, le gouverneur fait appel au roi qui lui attribua l’aide de deux vaisseaux florentins, mais en 1597 suite à la trahison d’un soldat, les Italiens s’emparent d’IF et de Pomègues, c’est là que sera construite la tour carrée au-dessus du port naturel de pomègues.  Le roi de France décide alors d’envoyer des garnisons de soldats sur Ratonneau et d’y faire construire des fortifications, c’est alors que s’engagent les confrontations entre les deux pays. Les démonstrations de force dureront à peut prés deux ans jusqu’aux négociations finales, entre le roi et Ferdinand de Médicis, les Italiens quitteront les îles contre une grosse somme en or. En 1627, quelques années plus tard, le port de Marseille c’est agrandit et les épidémies se multiplient, devant une telle menace le conseil de la ville décide d’instaurer des quarantaines pour les vaisseaux venant d’orient ; c’est comme ça que le port de Pomègues est devenu un port de quarantaine. Des bâtiments furent construits notamment des hangars pour l’entrepôt des marchandises à purger, ainsi qu’une infirmerie. Vers 1670, Louis XIV va faire renforcer les remparts de la ville en faisant construire deux forts de chaque côté de l’entrée du port, le premier fût la modification du fort saint Jean en forteresse, l’origine de ce bâtiment remonte au XII siècle avec la Commanderie des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem.                      Le deuxième est la construction du fort St Nicolas construit en étoile, c’est deux réalisations ont été menées par deux hommes le Chevalier de Clerville et Vauban, c’est à eu que l’on doit aussi l’emménagement des deux embarcadères du Château d’If pour faciliter l’accostage selon la météo. 

Malgré toutes les précautions prises avec les contrôles sanitaires, en 1720 se fût la catastrophe avec l’arrivée du « Grand St Antoine » qui comme déjà a l’époque à cause d’un grand échevin avec ces connaissances et son pouvoir fît rentrer un bateau alors que la peste y régné à bord se sera la plus grande épidémie de l’histoire plus de 38 000 morts, l’épidémie s’estompera  puis disparaîtra avec la venue de l’hiver en 1721. L’expansion du port continua et s’ouvra à d’autres horizons comme les Amériques. En 1782, c’est la fièvre jaune venue des Amériques qui s’empare de la ville, le gouvernement décide alors de réunir les deux îles Pomègues et Ratonneau par une digue. Le destin de l’archipel va être lié à une famille, celle du Duc de Berry, Duc de Bordeaux, le port conçu par le rattachement de ces deux îles sera baptisé Dieudonné en l’honneur du fils posthume du Duc de Berry, et la digue « Berry » cette ouvrage sera achevé en 1825, c’est depuis que le port du Frioul existe. Un hôpital fût construit en 1828 pouvant accueillir 48 malades et 24 convalescents, il prît le nom d’hôpital « Caroline » en l’honneur de la femme du Duc assassiné en 1820. C’est à cette époque que la forêt du Frioul sera décimée avec la création d’un des premiers chantiers naval des îles, la déforestation commença la terre ne pouvant plus être retenue par les racines des arbres, elle s’envola laissant place à la roche. Jusqu’en 1850, le site sera utilisé par des militaires venant d’Afrique mais le manque d’entretien l’hôpital le délabre peu à peu. A la même période le Lazaret de St Martin d’Arenc ne subvient plus au besoin croisant du port de Marseille, c’est alors que le projet d’un complexe sanitaire sur les îles est mis en place par l’architecte Vaucher. Des hangars et des bâtiments sont construit sur Ratonneau, une chapelle est construite en hauteur surplombant le port, elle est copiée sur les styles grecs avec des grands piliers, l’hôpital Caroline est totalement réhabilité, il utilisera les éléments naturels tels les vents et l’eau de mer, un concept novateur pour l’époque. Sur Pomègues un grand hangar est construit, l’infirmerie agrandie. En 1928, la marine national installe ces services au Frioul et les services santé des armées délaissent les îles pour le continent. La marine s’intéresse aux îles pour son point stratégique. En 1941 lors de l’épidémie de typhus qui s’empare des prisons, les établissements sanitaires des îles maintenues en état par l’armée, seront utilisé une dernière fois. En 1942 les Allemands pénètrent la zone libre et occuperont vite les îles où ils vont installer canon, mitrailleuse et deux radars, construire des blockhaus armés de tous ce qui avait été construit pendant des siècles est bafoué, détruit. En août 1944, l’aviation et la marine américaine interviennent appelés par le général Monsabert car il n’arrive pas à faire face à l’artillerie lourde basé sur les îles, les bombardiers et u.s. navy vont littéralement canoniser l’archipel et mettre les Allemands hors d’état de nuire tout est pulvérisé des siècles d’architecture envolée. 

Après la guerre la marine récupère les îles, des opérations de déminages sont entreprises des souterrains sont murés, des bombes désamorcées, des milliers d’armes récupéraient mais il arrive encore aujourd’hui de trouver des munitions où alors quand il y a une grosse tempête avec le ressac il est possible qu’un obus se décoinsse d’entre les rochers et remonte à la surface. En 1970 la ville rachète Pomègues et Ratonneau à l’armée et décide d’en faire une Z.A.C. (zone d’aménagement concerté) la meilleure idée pour ses îles, des travaux et des constructions vont être entrepris, mais malheuresement aujourd’hui en 2001 la Z.A.C. n’est toujours pas finies, les pouvoirs politiques ont laissé le projet de côté et il le ressorte avec les mêmes promesses pour les élections, ça fait comme la chanson pour les enfants « ainsi fonfonfon les petites marionnettes, ainsi fonfonfon 3 petits tours et puis s’en vont » ils nous prennent toujours pour des gamins… Le château d’If ne fût pas épargné par les âges lui non plus au cour des siècles de nombreuses personnes y seront enfermées, d’abord les galériens, les protestants, les Napolitains, les Espagnols à chaque révolution des prisonniers différents, il y eut aussi des prisonniers célèbres : 

-         le capitaine Chataud commandant du grand St Antoine en 1720 

-         Mirabeau fût renfermé 8 mois en 1774

 -         Gaston Crémieux vers 1870, il sera fusillé au fort St Jean 

-         Les derniers prisonniers furent des allemands en 1914 et des français insoumis 

Il y eut même un rhinocéros en 1516, et vers 1800 il y eut même un cercueil celui du général Kléber, mais aucun masque de fer, ni marquis de Sade y ont été renfermé, ni même le célèbre Edmond Dantés voisin de l’Abbé Féria transformé en Comte de Monté Cristo histoire romancé par Alexandre Dumas, c’est d’ailleurs en parti grâce à lui que le château est devenu aussi célèbre et connu dans le monde entier.  En 1947, la marine en donne l’usufruit aux beaux-arts et à l’éducation nationale mais reste propriétaire du sol. Aujourd’hui, c’est le ministère de la culture qui gère le site et c’est le domaine qui en est propriétaire depuis 1969. 

Ces Iles de nos jours 

En 1970, la municipalité ayant racheté le site à l’armée et réalisant le pouvoir magique de ces îles, décide la construction sous forme de Z.A.C. d’un village les pieds dans l’eau. Les grands traits en sont les suivants : 

-         Création d’un port de plaisance de 1500 anneaux (actuellement 700) 

 -         Aménagement des îles en zone naturelle de reboisements (jamais fait)

 -         Création d’un village de 17 hectares sur ratonneau avec 1500 habitations pour une population maximum de 6000 habitants

150 habitants environs peuvent y habiter avec de très lourde contrainte, pas de docteur, pas de poste, pas de police exct…. Les premiers logements furent livrés en 1976 côté de la digue Berry, l’électricité, l’eau et la téléphonie sont conduits par câbles sous-marins, une deuxième tranche fût livré en 1979 ; Ce n’est qu’un tiers du projet qui est réalisé, les bâtiments administratifs, mairie, poste, école, commissariat et autres sont toujours attendus par les habitants depuis plus de 30 ans, les pouvoirs publics ont oublié leurs devoir envers les habitants de ces îles et les laissent à leurs tristes sort…. Cette histoire succincte fait à peu prés état de se qui s’est passé mais je ne suis pas historien et peut être que quelques erreur se sont glissés mais elles vous auront fait rêver. 

Visite guidé 

Pour ce rendre sur l’archipel la solution est le bateau, les îles sont desservies par une compagnie privée, le G.A.C.M. (groupements des armateurs côtiers Marseillais) les pontons d’embarquement se trouve sur le vieux port, au quai des belges. Une fois votre passage payé, vous pourrez embarquer sur une des vedettes de la compagnie en direction des îles. En sortant du port à la hauteur de la mairie sur votre droite vous croiserez le célèbre ferry boat conduit par le capitaine Escartefigue, il fait la traversée d’un bord à l’autre du quai tout au long de la journée, sur votre gauche donc face à la mairie en levant les yeux vous voyez la mère de tous les Marseillais « la bonne mère » notre dame de la garde avec son fils dans les bras regardant le large. Un peu plus loin sur votre droite le fort saint Jean et juste de l’autre côté de la rive le fort saint Nicolas avec derrière les remparts de Vauban à la sortie du port face à la digue sainte Marie le palais du Pharo offert par l’impératrice Eugénie à Marseille, vous pourrez apercevoir aussi la cathédrale de la Major. En sortant du port sur votre gauche la digue des catalans, un peu plus loin deux phares le Canoubier et le Soudaras indiquant des hauts fonds. Là en tournant légèrement la tête vous voyez un fort, c’est l’île d’If vous y débarquerez pour visiter un des monuments les plus visité au monde, le tour du site vous prendra à peu prés 1h30, vous prendrez place dans les célèbres cachots et votre imagination fera le reste. La visite finie, vous rembarquerez sur un bateau pour les îles du Frioul qui se trouve à 5 minutes, d’ailleurs du quai vous voyez l’hôpital Caroline, de la navette vous longez Ratonneau passez une bouée Cardinale Est qui indique la côte et la le bâtiment en forme de proue de navire, c’est la maison des pilotes sont ceux qui amènent les gros paquebots et autres navires dans le port de Marseille. Une fois la digue Est passait vous rentrez dans le port du Frioul, en haut à gauche dans le fort de Pomègues l’émetteur de l’antenne télévision qui désert certains quartiers de Marseille à ces pieds un grand hangar fabriqué au début du XX siècle qui sert maintenant d’entrepôt pour la ville de Marseille, le port a une capacité approximative de 700 anneaux. Le bateau accoste deux directions s’offrent à vous :  La première Ratonneau quand vous débarquez du bateau, en prenant à droite, des petits immeubles de trois étages, un jardin privée, une partie du port sur la gauche avec un petit pont pour y accéder, là vous apercevez sur un petit îlot des bulles blanches on croirait voir des igloos se sont les locaux de l’A.P.F. (association des plaisanciers du Frioul) où diverse manifestation on lieu l’été, bals, démonstrations de sécurité maritime et surtout la fameuse ronde du Frioul régate connu par tous les aficionados de la voile, pour plus de renseignement contacter les directement, ils se feront un plaisir de vous renseigner. Maintenant, sur votre gauche un chemin avec un jardin d’enfants, il rejoint la caserne des pompiers et la place du marché vous y trouverez des habitations et un bar restaurant « Le Pirate » et sa terrasse ombragée un peu plus bas une calanque, vous pourrez aussi en coupant par un sentier rejoindre le Fort de Brigantin y rencontrer des gens sympathiques, voir des expos en vous connectant sur Internet vous trouverez leur site en vous mettant sur un moteur de recherche taper Frioul lister les adresses et vous trouverez la connection. Au bout de la pointe vous pourrez apercevoir l’îlot Tiboulen. Si vous n’avez pas pris le chemin menant à la place, et continué tout droit vous dépassez un ensemble de maison, appelé maisons des pêcheurs et le petit immeuble balcon du port, sur la gauche entre deux rochers la plage de morgiret où vous pourrez aussi rejoindre un petit chemin qui vous mènera directement à Brigantin. Si vous ne faites que passer devant la faille vous apercevez à droite le centre Léo Lagrange, centre de vacances qui accueil tous types de public de 5 ans à 90 ans, pour des séjours sportifs, plonger, voile et autres ou séminaire. Après ce centre le chantier naval pour les navires de plaisances sur sa gauche le pavillon Hoche, bâtiment abandonnait par l’armée, maintenant en ruine qui fût un temps faisait parti du lazaret des îles. En montant le chemin sur la droite, la maison des pilotes, plus loin vous avez une vue magnifique sur le Château d’If et la rade de Marseille, puis vous arrivez à la plage de saint Estève. Au-dessus se trouve l’hôpital Caroline occupé par l’association Caroline qui a pour but de réhabiliter le site en faisant des stages de tailleur de pierre et autres actions cette association fût crée par M. Briand qui a fait beaucoup de bonne action pour l’île et qui continue encore, de nos jours il y a même un festival du rire mise en place par l’association Passe Partout qui se démène chaque année avec ces propres deniers pour que ce spectacle perdure car une fois de plus la ville (conseil régional et général) ne fait pas grand chose pour aider les associations sur les îles, il y a quelques années existées un festival « nuit blanche pour une musique noire » où de grande vedette tels Nougaro et autres se déplacé et apporté énormément au Frioul au point de vue économique et reconnaissance des îles, mais une fois de plus la ville à mis son grain de sable et aujourd’hui nous n’avons plus rien merci messieurs, mais enfin que tous ça ne vous empêche pas de venir découvrire ces îles de rêve, nous avons encore beaucoup a vous offrire. D’autres sentiers se dévoileront à vous mais prudence car certains sont dangereux. La deuxième direction Pomègues à gauche avec le grand port, le cœur du village le long du quai vous trouverez des restaurants, des glaciers crêperie, un magasin d’article de pêche, et au pied de la chapelle une alimentation générale et un tabac souvenir où vous pourrez me trouver. La digue que vous longez le long du port et la digue Berry, en continuant votre balade après 10 minutes vous arrivez à la tour carré avec à ces pieds l’élevage de poisson de l’île dans le port naturel de Pomègues un peu plus loin le sémaphore et tout au bout les batteries allemandes sur cap Caveaux. Tous au long de vos promenades de magnifiques criques s’offrent à vous, la qualité de l’eau et certainement la meilleur de la région et les fonds y sont magnifiques profiter au maximum de ce que offres la nature à son état naturel, la seul chose je l’espère que l’on nous pourra pas jamais nous enlever. 



Laisser un commentaire

aicpfrance72 |
greffier57 |
Paulrmiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAVOIRS AUTONOMES
| systemd
| Collectif des Hauts de Cham...